Plus de 200 millions de FCFA pour appuyer l’encadrement du secteur aurifère artisanal au Burkina Faso

Le 17 juin 2020, l’Ambassadeur de France au Burkina Faso, M. Luc Hallade et le PCA de l’ANEEMAS, le Dr Ousmane Ilboudo, ont procédé conjointement à la signature de la convention de financement de la France au profit de l’ANEEMAS, à hauteur de 202 034 779 f CFA, correspondant à la 2ème tranche d’un financement sur 2 ans qui s’élève à près de 500 millions de FCFA.

L’exploitation minière artisanale nécessite de bonnes pratiques afin de minimiser les impacts négatifs sur l’environnement, sur la santé et sur les droits humains. La 1ère tranche de ce financement avait permis en 2019 la mise en place de deux sites pilotes dans le Sud-Ouest, le renforcement les capacités de l’agence à travers des formations et des campagnes de sensibilisation des différents acteurs évoluant dans ce domaine.

JPEG

M. Salofou Trahoré, Directeur Général de l’ANEEMAS, présent à cette cérémonie, a rappelé les différentes réalisations menées en 2019.

JPEG

Cette rencontre fut l’occasion pour M. l’ambassadeur, Luc Hallade de réitérer le soutien de la France aux activités nationales de l’orpaillage traditionnel, secteur revêtant une importance économique majeure pour le Burkina Faso et nécessitant un encadrement étroit pour en éviter les dérives et en faire un levier du développement profitable à l’ensemble des burkinabè.

JPEG

Le financement de cette 2ème tranche servira notamment à réaliser en 2020 une étude mesurant l’importance de l’orpaillage dans le développement économique du Burkina Faso.

Dernière modification : 23/06/2020

Haut de page