Les jeunes et la lecture au Burkina Faso

Lundi 17 septembre, en présence du ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, ainsi que du maire central de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béoundé, l’ambassadeur de France s’est rendu à l’inauguration de la formation des bibliothécaires et animateurs du Centres de lecture publique et d’animation culturelle du Burkina Faso (CELPAC).

JPEG

Cette formation s’inscrit dans le cadre d’un Fonds de solidarité prioritaire/innovation, appelé FSPI « Environnement francophone au Burkina ». Consacré à la coopération éducative et linguistique, ce projet financé sur 24 mois par le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, à hauteur de 300 000 euros, est piloté par l’Institut Français de Ouagadougou.

Un peu plus d’un tiers de ce financement est dédié à l’accès au livre et à la lecture. Il est mené en partenariat avec le ministère de la Culture et du Tourisme du Burkina Faso.

JPEG

26 stagiaires venus de tout le territoire national et trois responsables des réseaux régionaux basés à Bobo Dioulasso, Ouahigouya et Fada N’Gourma participent à cette formation.

Fruit d’un partenariat de la coopération culturelle française, avec le ministère de la Culture, et son directeur du livre, M. Boukaré Diallo, la formatrice principale Aline Présumey est une retraitée de la lecture publique.

Très bonne connaisseuse de la question de la lecture en Afrique, elle a été, entre autre, chef de projet lecture publique au Burkina Faso et au Mali. Elle est accompagnée selon les modules de collègues du Centre national de lecture et d’animation (CENALAC).

La formation permettra d’améliorer la gestion du suivi et de l’animation des bibliothèques.

L’animation, les actions de médiation pour donner le goût de lire, sont essentielles pour inciter les jeunes à lire.

Dernière modification : 18/09/2018

Haut de page