L’ambassadeur de France au Burkina Faso inaugure un poste médical avancé à Dori

Le 8 novembre dernier, l’ambassadeur de France au Burkina Faso s’est rendu au 11e régiment d’infanterie commando de Dori, au nord du pays, pour y inaugurer, avec le chargé d’affaires a. i. du Grand Duché du Luxembourg, un poste médical avancé au combat, financé par le Luxembourg, dans le cadre de la montée en puissance du G5 Sahel.

JPEG

Monsieur l’Ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, accompagné de Monsieur Max Lamesch, chargé d’affaires a. i. du Grand Duché du Luxembourg au Burkina Faso et du Colonel Major J.C. Traore, sous Chef opérations de l’état-major général des armées du Burkina ont inauguré le 8 novembre dernier un poste médical avancé au combat de type "rôle 1".

Cette inauguration s’est déroulée au camp militaire du 11e Régiment d’infanterie commando de Dori au nord du pays, non loin de la zone frontalière avec le Mali et le Niger.

« Je suis venu avec mon collègue luxembourgeois pour assister à la mise en œuvre de cette structure médiale de type "rôle 1", qui est un don du Luxembourg et qui vient d’être mis en place ici à Dori avec l’aide de médecins militaires français de l’opération Barkhane » a indiqué Monsieur l’ambassadeur.

JPEG

« Et je suis là également avec le colonel major Traore, sous chef opérations de l’état-major général des armées du Burkina Faso pour dire au combien cet équipement médical est important pour une troupe en campagne permanente, en lutte contre les groupes armés terroristes dans cette région nord du Burkina. Une troupe qui subit par ailleurs une recrudescence d’attaques notamment au moyen d’IED. Ce poste médical avancé va être bien sûr nécessaire et utile pour nos amis du Burkina ».

Cette inauguration a aussi marqué l’aboutissement d’une séquence inscrite dans l’appui opérationnel français au bataillon du G5 Sahel burkinabè. Celle-ci avait pour but de remettre à nos partenaire burkinabè du matériel médical financé par le Luxembourg, ainsi qu’un centre de commandement opérationnel fourni par la direction de la coopération de sécurité et de défense du ministère français de l’Europe et des affaires étrangères. Ces matériels ont été livrés et mis en œuvre avec l’appui de la coopération de défense française au Burkina Faso, d’un détachement des Éléments français au Sénégal (EFS) et de soldats de la Force Barkhane.

JPEG Centre de commandement opérationnel de Dori

« Ce partenariat militaire opérationnel s’inscrit bien évidemment plus largement dans un travail de coopération que nous entretenons avec le Burkina depuis de nombreuses années », a poursuivi l’ambassadeur de France. « Un Burkina sous le coup depuis quelque temps des attaques rudes et de plus en plus fréquentes venant de groupes armées terroristes. Cela parait parfaitement normal que tout les moyens que nous puissions mettre en œuvre pour notre partenaire Burkinabè à sa demande le soient ».

Pour le Grand Duché du Luxembourg plus connu dans la région du Sahel pour ces actions de coopération et d’aide au développement, ce don de matériel de santé militaire est la marque de son intention de s’investir dans l’initiative du G5 Sahel.

« L’inauguration de ce rôle 1 aujourd’hui à Dori est l’aboutissement d’un travail de collaboration avec le Burkina Faso et la France », confie Max Lamesch.

« Pour nous, au vu de la situation sécuritaire générale nous investissons de plus en plus dans la sécurité et la défense, notamment au niveau de la santé. Nous avons mis déjà à disposition un Rôle 1 à Niamey au Niger, le 1er novembre et au Mali nous contribuons également à un hôpital. Le Luxembourg renforce ainsi ses contributions dans le cadre du G5 Sahel et notamment dans le fuseau centre et surtout autour du traitement médical. »

Pour les forces armées burkinabés ces livraisons de matériel médical, de structures de commandement mais aussi des formations qui les accompagnent sont un plus dans la lutte qui s’engage contre les groupes armés terroristes.

« Il est évident que la donation de ce Rôle 1 est la bienvenue » se réjouit le colonel major Traore, sous chef opérations des forces armées du Burkina Faso.

JPEG

« Vous savez que cette menace terroriste est nouvelle pour notre pays et nous avons besoin de monter en puissance. Donc toutes ces aides, que cela soit sur le plan des formations ou que cela soit sur le plan des moyens, contribuent à nous mettre à niveau pour faire face à la situation ; et c’est pour moi ici l’occasion de remercier nos partenaires luxembourgeois et français. Il est très important de noter aussi que ces formations et ces moyens donnent de la confiance à nos officiers, nos sous-officiers et nos soldats. Il suffit de voir leur enthousiasme ce matin dans cet exercice de traitement de blessés au combat pour en avoir la démonstration. Certains me disent combien ils sont heureux de disposer, par exemple de ce rôle 1 qui dispose de matériel unique dans la région. »

Les actions de montées en puissance du bataillon Burkinabé dédié au G5 Sahel devrait se poursuivre dès le début de l’année prochaine avec de nouvelles séquences de partenariat militaire opérationnel.

En complément :

Un poste médical avancé ou Rôle 1 permet la médicalisation de l’avant, du blessé de guerre. Sa mission est dédiée à la prise en charge paramédicale et médicale initiale d’urgence du blessé de guerre en opération extérieur. Transportable et modulable, il peut soutenir une troupe de 300 soldats pour une durée de quatre mois.

Dernière modification : 15/11/2018

Haut de page